POURQUOI DÉCONSTRUIRE LES IMAGES D’INSTAGRAM ?






Trop parfaite 

Les jeunes du Collège Jean Jaurès à Clichy-la-Garenne avec Elsa Abderhamani.

Tous les jours, nous sommes submergés d’images de mise en scène de soi, souvent associées à des paysages, des corps, des postures, des attitudes et des sourires qui semblent être les composantes de vies extraordinaires. Ces images incarnent-elles la réalité ou sont-elles de purs artifices ? Comment sont-elles construites ? Quels stéréotypes véhiculent-elles ?
À partir d’images collectées sur les réseaux sociaux comme Instagram, nous avons identifié les composants récurrents de ces images « parfaites » : une silhouette au corps mince, grand, lisse, souvent d’une jeune femme blanche qui prend la pose sur fond de coucher de soleil, avec un dégradé de couleurs vives… Pour mieux les analyser et nous en émanciper, nous avons accentué par le dessin ces éléments caractéristiques. En jouant sur les contours et à-plats, l’absence et la présence des corps, l’anonymat et l’identification, nous avons déconstruit ces clichés.

Publication réalisée par les jeunes du Collège Jean Jaurès, classe d’UPE2A à Clichy-la-Garenne : Olha ANDRUSIAK, Youssef BARA AALOUA, Lance BONUS, Fatouma Coulibaly, Ilaria DE IASIO, Manuella EMGBA ODZOLO, Luka GELASHVILI, Ariel GIL, Lidia GIL, Mustapha KABBA, Chérifa KHEMCHANE, Shirley LOAIZA MANJARRES, Dana MENDOZA FUENTES, Jhoan Estevan ORTIZ TORRES, Ahmed Oualid Rachah, Ilyes TASSA avec l’artiste Elsa Abderhamani et Nadjiba Kebir, professeure de Français Langue Seconde et Edwige Lille-Palette, professeure-documentaliste.
Conception graphique : Maxisouk - Maxime Bersweiler & Soukvilay Cordier

Atelier mené par Elsa Abderrhamani avec les jeunes du Collège Jean Jaurès, classe UPE2A, Clichy-la-Garenne ©Matthieu Samadet